En copropriété, une vision plus collective des responsabilités de chacun et une démarche éco-énergétique globale peuvent contribuer à faire réduire notablement la facture de chauffage. De lourds travaux ne sont pas toujours nécessaires.

Attention à ne pas surchauffer !

Saviez-vous qu’une baisse de température ambiante d’un seul degré permet d’économiser environ 6 % de la facture d’énergie ? En France, le Code de la construction et de l’habitation recommande de ne pas dépasser une température de 18-19° dans le centre des pièces d’un logement. Pourtant, il n’est pas rare de retrouver une température de 21° dans un immeuble en copropriété. Effectuer un diagnostic thermique peut contribuer à faire diminuer votre facture de chauffage et à respecter l’environnement. Pour plus d’information sur ce sujet, cliquez ici.

Quelques gestes simples pour économiser sur le chauffage

Sans avoir à entreprendre des travaux énergétiques exigeants, vous pouvez faire baisser votre consommation d’énergie en adoptant les mesures suivantes :

– Limitez les périodes d’aération à 10 minutes par temps frais ou froid peut faire une différence sur votre facture d’énergie.

– Pendant la nuit, réduisez un peu la température ambiante.

– Installez un compteur individuel de chauffage pour vous permettre d’adapter celui-ci à vos besoins, de façon plus maîtrisée.

– Appliquez des écrans isolants aux fenêtres dans les aires communes pour contrer les entrées d’air (s’il y en a).

– Veillez à entretenir régulièrement les installations de chauffage (en particulier la chaudière), et elle consommera jusqu’à 12 % d’énergie en moins.

Des travaux plus importants mais rentables au fil du temps :

– Si nécessaire, isolez ou faites remplacer les fenêtres non étanches.

– Isolez les sols, les murs et la toiture d’un immeuble peut vous faire réaliser une économie allant jusqu’à 30 % sur la facture de chauffage mensuelle.

– Remplacez un système de chauffage énergivore par un appareil éco-énergétique.

Note : En copropriété, le coût des travaux de rénovation énergétique est partagé entre les copropriétaires, ce qui peut vous permettre d’accéder à des tarifs de groupe.

Des aides financières pour rénovation énergétique

Pour inciter les copropriétaires à entreprendre des travaux de rénovation énergétique, l’État et d’autres instances locales ont créé plusieurs subventions :

1. Le crédit d’impôt (CITE) pour la transition énergétique
Le Crédit d’impôt développement durable peut vous aider à déduire 30 % (pour certains travaux, jusqu’à 50 %) des dépenses investies dans l’achat de matériaux pour vos travaux dans un but d’économie énergétique.

2. Les subventions de l’ANAH

L’Agence nationale de l’Habitat (ANAH) verse une aide financière au syndicat des copropriétaires lorsque des travaux énergétiques sont entrepris pour optimiser la qualité de vie des occupants. Ces subventions peuvent couvrir jusqu’à 50 % du montant (hors taxes) investi dans ces travaux ; elles peuvent être cumulées à d’autres programmes d’aide financière.

3. Les Certificats d’économie d’énergie (CEE)

Toutes les copropriétés sont éligibles à ces primes énergie si les travaux d’amélioration thermique impliquent le remplacement de l’appareil de chauffage par un modèle éco-énergétique ou pour toute nouvelle installation basée sur une énergie durable. Cette aide sous forme de certificats d’économie d’énergie peut prendre plusieurs formes :

– Remboursement par une Prime Énergie

– Réduction appliquée sur une future facture d’énergie

– Réduction sur le coût des matériaux nécessaires pour les travaux.

4. L’Éco-Prêt à taux zéro

L’eco prêt à taux zéro peut aussi être applicable dans un contexte de copropriété. Comme il s’agit d’un prêt collectif, le syndic de copropriété doit obtenir l’assentiment des copropriétaires intéressés à obtenir ce prêt pour travaux éco-énergétiques.

Pour profiter de ces aides financières, les travaux doivent obligatoirement être effectués par un artisan certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement).